vers le centenaire

Nous entrons dans les 100 ans de la République, nous avons dépassé les 99 ans.

Ce n’est pas peu de temps. Pendant ce temps, cependant, nous ne pouvions pas du tout nous mettre d’accord sur le concept de République, et nous ne pouvions pas nous mettre d’accord sur l’écriture d’une histoire républicaine authentique. Par conséquent, nous devons être prêts à célébrer les exigences idéologiques d’un groupe qui se fait appeler “républicains”.

2023 : Plus de cultes, plus de visites d’Anıtkabir, plus de marches du 10e anniversaire !

Il n’y a toujours pas de cours d’histoire dans le système éducatif qui soit aussi cohérent que l’histoire de la révolution. Histoire révolutionnaire à tous les niveaux, culture à tous les niveaux. Nous ne semblons pas nous en rendre compte : continuer à répéter la mauvaise chose et ne pas enseigner aux nouvelles générations la bonne histoire empoisonne notre imagination future.

Pourquoi ” Lutte Nationale ” ?

On ne peut bien comprendre notre histoire récente et la République sans inscrire dans un cadre logique le processus de transition de la Lutte Nationale à la République. La lutte nationale a commencé avec la revendication de maintenir l’Empire ottoman en vie et de maintenir l’administration constitutionnelle. Cela a été exprimé à chaque occasion par Mustafa Kemal Pacha lui-même.

Pacha n’a jamais déclaré que l’Empire ottoman s’effondrerait, que le califat serait aboli et qu’une république serait établie. Nulle part il n’a dit que les madrasas et les loges des derviches seraient fermées, que l’instruction religieuse serait interdite, que les lettres latines seraient utilisées, que des prières turques auraient lieu et qu’il ferait une révolution du chapeau.

Il n’a jamais demandé aux gens de l’aider à faire ces choses. Le cas est le cas de « religion, état, propriété de la nation ». La nation s’est mobilisée pour la pérennité de l’État, et le martyre a été infligé aux envahisseurs, qui sont aussi les ennemis de notre religion.

« Ô peuple, nous mettrons fin à l’empire ottoman, nous proclamerons une république ! Si quelqu’un sait comment ça s’appelle, qu’il le montre Éclairons-nous.

Alors, comment s’est passée la transition vers la république ?

Ceux qui ont formé l’Assemblée du 23 avril ont entrepris de bâtir l’avenir de ce pays en regardant la situation dans son ensemble. Ils ont fait tous les sacrifices pour cette cause. Mais la clique unioniste a inventé le groupe de défense des droits au sein de l’assemblée. Hüseyin Avni critique la création d’un groupe portant ce nom avec les phrases suivantes : « Tous les députés du Parlement travaillent déjà à la mise en œuvre des principaux points qui composent le programme du groupe constitué. L’établissement d’un tel groupe donne l’impression qu’il pourrait y avoir des collaborateurs dans la congrégation qui sont contraires à ce but.

Le but est bien sûr différent : après la victoire, la partie démocrate et conservatrice de l’assemblée, qui s’appelait le 2e groupe, a été largement éliminée. 2. L’assemblée est élue par Mustafa Kemal Pacha. Il y a 2 personnes qui ne sont pas sur sa liste : Kadirbeyoğlu Zeki et Nureddin Pacha ! Il suffit de lire le discours de M. Kemal Pacha pour comprendre que la proclamation de la république a pris la forme d’un coup d’État. Dans le Nutuk, Pacha, dans son attitude vantarde, déclare qu’il n’a pas vu la nécessité d’informer beaucoup de noms à l’avant-garde de la lutte nationale.

Représentant britannique : Proclamez la République !

Cependant, il n’y a aucune idée d’une république publiquement déclarée à l’ordre du jour de Mustafa Kemal Pacha Le 27 novembre 1919, le représentant britannique à Erzurum, le lieutenant-colonel Rawlinson, dit à Kazım Karabekir : “Allez à l’administration de la république, retirez Istanbul de la capitale, et l’Angleterre vous aidera.”

Rawlinson est le neveu du ministre britannique des Affaires étrangères Lord Curzon. Après avoir rappelé que Curzon était l’acteur principal de la conférence de Lausanne, Kazım Pacha a donné la réponse nécessaire à Rawlinson et lorsqu’il a rapporté la situation à Mustafa Kemal Pacha par télégramme, il a reçu la réponse que «les réponses que vous avez données sont dignes de remerciements parce que elles recouvrent l’esprit de nos politiques nationales ».

Les commerçants “républicains”

Ceux qui nous présentent comme des “républicains” “pourquoi l’Angleterre est-elle un royaume ?” ils ne posent pas la question. Alors que nous sommes fiers de la république, les royaumes, en particulier l’Angleterre, perdurent dans le monde occidental. Y a-t-il un pays en Europe qui a renoncé au royaume après que la Turquie a été déclarée république ? Nous savons que les empires allemand et autrichien se sont effondrés après la défaite de la Première Guerre mondiale, avant que nous ayons déclaré une république bien sûr ! La puissance qui a détruit les empires allemand et autrichien a également détruit l’empire ottoman ! Il ne fait aucun doute que cette puissance est l’Empire britannique.

Il n’est pas inconnu que la politique britannique du début du XXe siècle se concentre sur l’effondrement de l’Empire ottoman et la désintégration de son pays. L’accord anglo-russe était également à ce centre. Plus tard, la France et l’Italie ont également rejoint cette scission impérialiste.

La première étape de la reddition de l’Empire ottoman

L’Angleterre, utilisant la Première Guerre mondiale comme une opportunité, a mis le projet d’État ottoman en action après que les Allemands ont accepté la défaite. Notre attitude face à ce projet est le pacte national. Le Misak-ı Milli est basé sur l’hypothèse suivante : l’Empire ottoman quittera la géographie où les Arabes forment la majorité, et les régions à majorité turque (et kurde) au nord de cette région resteront les frontières du Pacte national. . Le Pacte national est essentiellement la première étape de l’abandon de l’Empire ottoman.

Malheureusement, les frontières au nord d’Alep, y compris Mossoul et Kirkouk, n’ont pas pu être défendues à la table de paix. À l’exception de Hatay, les frontières d’aujourd’hui devaient être acceptées. Le vrai problème n’était pas la question foncière. La puissance mondiale, l’Angleterre, n’a pas trouvé la continuation de l’Empire ottoman appropriée, même en termes de forme. L’insistance du centre ottoman sur la continuation du sultanat et du califat plutôt que sur le pays l’indiquait en fait.

La république a été fondée le 1er novembre 1922.

L’abolition du sultanat est la déclaration de l’effondrement de l’État ottoman ! La république a été proclamée aujourd’hui, pour ainsi dire (1er novembre 1922). Le sultanat a été aboli et la voie s’est ouverte pour une conférence de paix. İsmet Pacha est en route pour Lausanne. Rien n’indique que la conférence sera convoquée à la date indiquée. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Curzon, est arrivé à Lausanne un jour après le départ d’Istanbul de Vahideddin, et la Conférence des affaires du Proche-Orient, que nous appelons la Conférence de Lausanne, s’ouvrira le 20 novembre.

La date de la révolution sort des cylindres

A Lausanne, non seulement les frontières politiques de la Turquie mais aussi la structure administrative ont été définies. Dans ce processus, la République était une nécessité. La signature du traité de Lausanne le 24 juillet a également été une annonce précoce du programme du nouvel État. Si vous regardez attentivement la cérémonie de signature, vous verrez que la révolution du chapeau s’est produite le 24 juillet 1923, et non le 25 août 1925. Pas un lapin, mais toute l’histoire de la révolution, y compris la proclamation de la république, sortira des hauts de forme de la délégation turque qui a signé le traité de Lausanne !

Le traité a été ratifié en un éclair par la Grande Assemblée nationale turque un mois plus tard, mais la puissance militaire alliée ne s’est pas retirée d’Istanbul. Après le retrait des puissances occupantes, la loi faisant d’Ankara le centre administratif est votée au parlement. Les occupants n’ont pas quitté Istanbul sans la garantie de l’administration qu’Istanbul ne deviendrait pas le centre du gouvernement.

Atatürk quitte la Grande Assemblée nationale de Turquie.
Atatürk quitte la Grande Assemblée nationale de Turquie.

Les dissidents ont été avertis de ne pas rejoindre les connaissances.

La proclamation unanime de la république est un sujet de vantardise. Il y a 158 députés au Parlement. Ce nombre est un peu plus de la moitié du nombre d’assemblées 291. Pourquoi n’y avait-il pas d’autres députés au Parlement aujourd’hui ? Parmi ces personnalités importantes figurent des personnalités de la lutte nationale telles que Kazım Karabekir, Ali Fuat Cebesoy, Rauf Orbay et Refet Bele. Ces personnalités importantes n’étaient pas à Ankara, on ne s’attendait pas à ce qu’elles viennent. Pourquoi n’étaient-ils pas à Ankara ? On a dit aux soi-disant dissidents de ne pas se joindre et la police était devant leur maison !

Cette proclamation de la république a déterminé le style ultérieur de gouvernement. Une attitude qui ignore le peuple et évite même de considérer les cadres dirigeants de la lutte nationale pourrait-elle créer un système politique démocratique et participatif ? Laissant l’argument de côté, voyons ce qui s’est passé. Après la République, un grand pas dans le développement pourrait être fait en gardant vivant l’esprit de Kuva-yı Milliye, c’est-à-dire en engageant la nation derrière lui. Au lieu de cela, des pratiques visant à saper les valeurs de la nation ont été tentées sous le nom de révolution. Il était préoccupé par les empiètements sur les croyances, la culture, les mœurs et les coutumes des gens. Les républicains ont violemment réprimé ces émeutes et sont passés à autre chose.

Une véritable république ne pouvait et ne pouvait être établie en maintenant les “valeurs fondamentales de la république”. La république actuelle en Turquie a été fondée après l’introduction du système multipartite. Mais la bureaucratie militaire et civile qui forme le centre idéologique était basée sur la république idéologique, pas sur la vraie république. Ils ont déclaré tout mouvement démocratique sans principes et sans réforme, et chaque coup d’État a été entrepris dans le but de restaurer la république anti-démocratique.

Nous espérons que ces questions seront débattues librement à l’occasion des 100 ans de la République !

Leave a Comment