Un vote, un coeur pour les animaux des rues !

L’acteur de théâtre Aytaç Topuz a lu le communiqué de presse conjoint préparé dans tout le pays.

Les déclarations suivantes ont été incluses dans le communiqué de presse conjoint, lu par l’acteur de théâtre Aytaç Topuz : “Aujourd’hui, une minorité sanglante, une petite minorité, a laissé son cœur rempli de compassion, d’amour et d’humanité d’une manière qu’un pays musulman ne peut pas adapter, un pays civilisé et état de droit, a laissé leurs cœurs pétrifiés. Le gang maléfique a déclaré la guerre aux pauvres chiens errants afin qu’ils puissent être rassemblés et tués. Malheureusement, ces centres assoiffés de sang sont si pleins de sang qu’ils peuvent faire une déclaration audacieuse en disant : « L’État est avec nous. D’autre part, les institutions étatiques compétentes, sous l’influence de certains politiciens et groupes, continuent de viser la confiscation et la mise à mort d’animaux, bien que la seule raison du problème des animaux des rues soit les municipalités qui ne créent pas de maisons de retraite et ne pas procéder à la stérilisation. Notre appel au ministre Vahit Kirişçi pour que les ONG tiennent compte des opinions des volontaires lors du processus de recherche de solution a été ignoré. Les images de chiens tués en étant frappés à la tête avec des pelles dans la zone métropolitaine de Konya, menées par l’exemple de notre président, ont suscité une indignation généralisée dans tout le pays. Il a été personnellement constaté par les bénévoles qui ont visité le refuge que des milliers de chiens entassés dans les vastes pièces d’habitation de ce refuge tentaient de survivre en mangeant d’autres chiens, qui mouraient de faim dans un état misérable. Malgré cela, le ministre Vahit Kirişçi continue de faire avancer l’agenda avec les mauvaises institutions, telles que B. la déportation des animaux vers d’immenses refuges pour animaux à construire dans les forêts, ce qui entraînera une augmentation des abattages et de la reproduction. Nous ne ferons pas payer aux autorités locales le manquement à leur devoir envers les animaux qui « viennent au monde contre leur gré parce que les autorités locales ne les stérilisent pas ». D’ici, nous crions une fois de plus aux institutions et aux maudits centres du mal qui disent que nous nous battrons jusqu’au bout pour le droit à la vie des animaux. Dans le contexte de cette réalité communautaire, nous mettons fortement en garde que les dispositions réelles écrites sous les principales rubriques suivantes devraient être prises en compte à la fois par le public et les institutions.

1) Les municipalités qui consomment officiellement du poison et du bœuf haché depuis 100 ans et tuées par empoisonnement n’ont toujours pas mis en place de foyer d’accueil, 18 ans après la loi sur la protection des animaux n ° 5199, promulguée en 2004, elles en ont tué certains en ramassant des animaux , et ont procédé à déverser le reste dans d’autres villes du pays.

2) Dans des villes comme Konya, Balıkesir, Denizli, Samsun, Trabzon, İstanbul, İzmir, Aydın, Gaziantep, Erzincan, Kocaeli, Mersin et Beykoz, où d’immenses maisons de retraite avec de grands espaces de vie ont été construites pendant cette période, les massacres ont continué et les animaux a été condamné à mort sans nourriture ni eau dans des foyers d’accueil.Le nombre d’animaux errants a continué de monter en flèche alors que les comtés se lançaient des chiens sous prétexte de les placer dans des foyers d’accueil géants.

3) Malheureusement, la disposition selon laquelle toutes les municipalités devraient établir des unités de stérilisation et des maisons de retraite sur leur propre territoire a été reportée dans la nouvelle loi n° 7332, donnant aux municipalités un délai de 3 à 4 ans.

4) Si 10 stérilisations sont effectuées quotidiennement dans 916 comtés, 2 198 400 stérilisations peuvent être effectuées en un an uniquement dans les comtés… De plus, si 80 grandes villes et provinces avaient 50 stérilisations par jour et zones métropolitaines par an, 960 000 stérilisations seraient effectuées en province. À peu près au même moment, le chien est castré et la population canine commence à décliner rapidement. Considérant que selon l’OMS le nombre de stérilisations va diminuer de 30% chaque année, force est de constater que d’ici 2 ans le problème sera largement maîtrisé.

5. Alors que la reproduction peut être maîtrisée en 2 ans avec la stérilisation, qui est la seule solution, le ministère de l’Agriculture et certains politiques, emmenant ce satané gang maléfique, poursuivent leurs efforts axés sur la collecte et la mise à mort dans d’immenses abris dans les bois .

6. Dans le contexte de ces déclarations, nous mettons en garde toutes les personnes concernées. Le peuple d’Anatolie, dont la culture ancienne est compatissante, et nous, les bénévoles qui mettons notre cœur dans ces animaux, n’autoriserons pas les pratiques qui amènent le massacre, la cruauté et la mort à ces animaux en Turquie, qui est une loi de l’État. »

Après le communiqué de presse, les amoureux des animaux ont applaudi et scandé des slogans comme “Les animaux des rues ne sont pas sans abri”. Dans le communiqué de presse, Zahit Karaçam, vice-président de l’Association des amis des animaux de Burdur, Mehmet Ayhan Kara, vice-président de l’Association vétérinaire, et Aysel Turan, président de l’Association des amis des animaux de Burdur, ont partagé leurs réflexions. La déclaration s’est terminée par des amoureux des animaux posant pour la presse avec des pancartes à la main.

entreprise de rêve

La balise des messages n’est pas définie.

Leave a Comment