Ferme aussi HDP… Vous avez fermé tant de soirées, que s’est-il passé ?… J’ai l’impression d’étouffer en écrivant ces lignes.

Il y a eu des coups d’État dans ce pays.
Des stands ont été installés.
Le Premier ministre et les ministres ont été pendus.
Des meurtres non résolus ont été commis.
La terreur d’État était pratiquée.
Les prisons et les salles de torture ne sont pas restées vides.
Les partis politiques ont été fermés.
La politique était interdite.
Alors était-ce intentionnel ?
non
Au final, le “soldat” ne veut pas le plus non plus
La Turquie a été jetée à terre.
Anti-laïc, dos à l’ouest,
de la tradition islamique
La “dictature civile” était assise là comme un clown
A votre pays…
Maintenant, ce “régime d’un seul homme”
La fête s’apprête à refermer.
La Turquie avec 6 millions de voix
à la porte du troisième plus grand parti
préparez-vous à verrouiller.
Et au moment où j’écris ce post
je suis choqué
Parce que qui sait combien de fois
critiques écrites,
chaque fois que vous écrivez
Mon rédacteur en chef Nadir Bey
“Ils diront que cet homme est venu à la vie en vain”
Je me suis souvenu de votre mot.
C’est ce que je ressens aujourd’hui.

* * *

Je me sens étouffé en écrivant ces lignes.
Qui sait combien de fois il écrit la même chose
J’ai énuméré ci-dessous. sur le même sujet
s’étouffer avec combien je tape
Je deviens comme mon monde intérieur
dans les ténèbres du désespoir
J’ai l’impression de me noyer parce que c’est enterré.
Qu’est-ce qui a changé jusqu’à présent ?
La démocratie est-elle arrivée dans le pays ?
L’État a-t-il respecté la loi ?
La liberté a-t-elle frappé à la porte ?
Les prisons sont-elles vides ?
Quelqu’un a-t-il commencé à écrire et à parler comme il le voulait ?
Non, rien ne s’est passé.
Nous avons couru d’une déception à l’autre.
Mais vous devez toujours garder le stylo droit.
Oui, maintenant vous vous apprêtez à fermer le HDP ?
Désactivez également le HDP…
La Turquie n’est-elle pas un pays qui est déjà un cimetière de partis politiques ?
Quel mot écrit et brisé…
Oui, mais cela exprime une bien triste réalité de ce pays.

Les coups de poing…
Soirées fermées…
La mort se dresse…
maisons de torture…
Interdictions politiques…
Politiciens en prison…
exilés…

Notre histoire républicaine en est pleine.
Au total, 30 soirées ont été fermées.
Conclusion?
La démocratie est-elle arrivée dans le pays ?
non
La paix a-t-elle frappé à notre porte ?
non
Sommes-nous une règle de droit ?
non
fermé depuis 1989,
Pensez aux « partis kurdes » autoproclamés :

TOUJOURS…
ÖZEP…
ÖZDEP…
DEP…
HADE…
DEHAP…
PAO…
BDP…

Tous ont été retirés de la scène, fermés.
Eh bien, que s’est-il passé quand leurs portes ont été verrouillées ?
Malgré toutes les oppressions, malgré tous les massacres politiques
Mouvement politique kurde Existence,
continuer à maintenir sa vitalité.
Enfin HDP sur scène.
6 millions de voix…
12% du total des votes…
Et 67 députés…
Maintenant, le HDP doit être détruit.
Les députés sont arrêtés.
Les dirigeants du parti sont emprisonnés.
Les maires sont emprisonnés.
Le HDP a remporté 65 municipalités avec des voix kurdes
Il n’en reste plus que 6 aujourd’hui.

L’Etat a fait un “coup d’état” et ignoré le jeu de la nation !
Maintenant, il y a de plus en plus de signes que le parti sera fermé.
Que se passe-t-il lorsque vous l’éteignez ?
l’oppression dans l’histoire de la république,
Oppression, anarchie, injustice
Tu as fait vivre aux Kurdes la Daniska…
Ils ont créé le couloir de la mort.
Personnes Prison militaire de Diyarbakir aimer
Tu as traversé des chambres de torture
T’as chié les gens là-bas…
Ce n’est pas assez, vous avez détruit sa maison.
Ce n’était pas assez, vous avez incendié leurs villages.
Ce n’était pas suffisant, ils ont laissé les exilés kurdes vivre dans leur propre patrie.
Ce n’était pas assez, vous avez détruit l’espoir de paix des Kurdes.
Vous avez détruit des rêves de paix.
Ils aspiraient à la paix et sont partis.
Ils aspiraient à la liberté et sont partis.
N’est-ce pas assez, dis-moi, n’est-ce pas assez ?
Je demande:
Quel a été le résultat ?
qu’avez-vous réalisé
Qu’est ce qui a changé?
j’ai l’impression de me noyer
Au moment où j’écris ces lignes…
Oui, exactement.
Avec l’espoir de la paix, avec l’espoir de la démocratie,
dans l’espoir du droit et de la justice, dans l’espoir de la liberté
écrit la même chose depuis des années…
Mais allez loin…
Quelle grosse déception…
Quelle déception…
Maintenant recommencer ?
S’il vous plaît.
Fermez également HDP…
Remplissez bien les donjons.
.
Remplissez plus…
Revivez encore et encore ce qui s’est passé…
Classer CHP selon HDP!
Allez, qu’est-ce que tu attends ?
Limitez le domaine politique.
Réservez l’espace politique rien que pour vous.
Séparez-vous pour que ceux qui ne pensent pas comme vous ne puissent pas bouger.
Séparez-vous pour que ceux qui ne pensent pas comme vous ne puissent pas respirer.
Ne donnez pas à l’opposition le droit à la vie.
étouffent encore plus les libertés.
Faire taire les voix des Kurdes.
Allez, qu’est-ce que tu attends ?
Désactivez HDP aussi !
Depuis combien d’années êtes-vous dans le donjon de Silivri ?
mais se tenir debout avec sa plume
Cher Ahmed Altanest en 2009
Parti de la société démocratique (DTP)
Comme il l’a écrit après la fermeture :

L’espoir nous est interdit.
Les rêves nous sont interdits.
La paix nous est interdite.
Quel jeune kurde reviendra dans ce pays ?
faire confiance?
Quel peuple kurde fera à nouveau confiance à la justice ?
Tout est tromperie, mensonge,
Vous ne pensez pas que c’est une arnaque ?
N’a-t-il pas raison de le penser ?

En fermant également le HDP et en transformant le pays en un foyer de feu
Qui veut gagner les élections
mets ça dans ta tête :
A moins que les voies de la démocratie ne soient ouvertes…
Si les champs de la politique démocratique ne s’élargissent pas…
Si les environnements de liberté n’évoluent pas…
Rien ne changera.
Vous n’obtenez pas le résultat souhaité.
Nous avons souvent eu ça dans le passé parce que…
Il y avait tant de souffrance que le jour est venu.
fait d’eux le pouvoir des vivants.
Je me sens encore étouffé en écrivant ces lignes.
Comme nos circonstances sont tristes, comme elles sont pathétiques…


à partir du 5 octobre 2020
Orthographe en T24

Qui est Hassan Cemal ?

Hasan Cemal est né à Istanbul en 1944. En 1965, il est diplômé de la Faculté des sciences politiques de l’Université d’Ankara. Il débute sa carrière de journaliste en 1969 dans l’hebdomadaire Devrim à Ankara. Après avoir travaillé pour le magazine Yeni Ortam, l’agence Anka et le journal Günaydın, il rejoint le journal Cumhuriyet en 1973. Entre 1979 et 1981, il a été représentant à Ankara. Entre 1981 et 1992, il a été rédacteur en chef du journal Cumhuriyet. Il a remporté le prix Sedat Simavi en 1986 alors qu’il dirigeait le journal Cumhuriyet Cemal.journal de l’année“choisi.

Entre 1992 et 1998, il a fait la une du journal Sabah. Il a écrit pour le journal Milliyet pendant environ 15 ans, de 1998 à 2013. Point Magazine 1989 sujets et Association des journalistes turcs Poste d’angle a remporté les prix. L’Association des journalistes de Turquie a également été créée en 2004.rechercheIl a décerné son prix au travail de Hasan Cemal.

Premier ministre de l’époque pour avoir défendu la publication du “Protocole Imralı” publié dans le titre de Milliyet le 28 février 2013. Tayip ErdoganIl était la cible de sa réaction. gestion de la citoyenneté,Son insistance à interroger le Premier ministre et la capitale des médiasIl a fermé sa chronique dans le journal, qu’il écrivait depuis environ 15 ans, en donnant la raison.

Les entretiens qu’il a menés et les articles qu’il a écrits après sa rupture avec Milliyet ont été publiés par le journal Internet indépendant. T24Publié dans. Hasan Cemal, l’une des personnalités les plus influentes et les plus influentes des médias turcs, contribue à T24 depuis mars 2013. La Fondation Nieman pour le journalisme de l’Université Harvard a décerné à Hasan Cemal le prix Louis M. Lyons 2015 pour la conscience et l’intégrité dans le journalisme « pour son engagement de toute une vie à défendre la liberté de la presse ». Cemal a été le premier journaliste en Turquie à recevoir ce prix.

Les 13 livres publiés par Hasan Cemal, qui a enseigné “Médias et politique” à l’Université de Bilgi pendant un certain temps, sont classés par ordre chronologique :

Réveillez-vous avec des sons de réservoir (1986)

peur de la démocratie (1986)

Capturer l’histoire telle qu’elle se vit (1987)

L’histoire d’Özal (1989)

Personne ne se fâche, je me suis écrit (1999)

Kurdes (2004)

j’aimais la république (2005)

Le problème des soldats turcs (2010)

Faites confiance à la paix (2011)

1915 : génocide arménien (2012)

Delilah – Les journaux de montagne d’un jeune guérillero (2014)

CJournaux du Kurdistan dans le processus de résolution (2014)

– C’est la vie (2018)

– Hasan Cemal a un autre livre non publié intitulé “Dictators of Time”.

Leave a Comment